En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos et des boutons de partage.

Les élus de Nontron étaient réunis en Conseil municipal dans la salle de la mairie mercredi 9 octobre. Parmi les dossiers examinés : le projet de Maison de leau, qui doit accueillir le futur siège de la régie intercommunale des eaux, et pôle pédagogique destiné à l’accueil des scolaires, étudiants et chercheurs sur toutes les questions autour du petit cycle de l’eau. La structure proposera des expositions et des espaces ouverts au public. Cette Maison de l’eau, dont laménagement sera pris en charge par la régie de leasinstallera dans lancienne école maternelle du Palais mise à disposition par bail emphytéotique. Par ailleurs, les élus ont adopté le principe de deux fonds de concours à verser à la Communauté de communes pour des aménagements de parkings au stade et au lycée.

Des raisons multifactorielles

Quant à modification du budget, malgré de nouvelles dépenses d’investissement, les subventions enregistrées permettent de réduire encore le besoin d’emprunt ramené à 42 % de la prévision initiale, soit à 356 343 euros.  Si tous les dossiers ont été adoptés à l’unanimité, à l’issue des votes les échanges ont mis en exergue les difficultés de redynamiser le centre-ville frappé par la désertification commerciale.

Pascal Bourdeau, le maire a expliqué les raisons multifactorielles de cet état de fait : retrait de services de l’Etat, mode de consommation différent via internet, implantations autorisées sous les mandatures précédentes de trois grandes surfaces sur la zone nord, loyers dissuasifs demandés par les propriétaires de commerces vides. Sur cette situation et en particulier la fermeture récente de la Maison de la Presse que déplore Pascal BOURDEAU, ce dernier a précisé qu’il n’y avait pas de projet proposé pour celle-ci outre le souhait de reprise d’une activité complémentaire de vente de tabacs qui mettait en concurrence directe un commerce tout proche. Le Maire a confirmé qu’il n’était pas du tout favorable au déplacement du bureau de tabac du centre-ville vers une grande surface.